De l'idéal matrimonial contemporain

Published on January 26 2017

   ​​

La vie matrimoniale des amants du XXIème siècle doit satisfaire à des attentes inédites dans l'histoire du couple.

Reposant sur une triple exigence, la vie à deux est sommée de se conjuguer avec une sexualité exaltante. Elle est priée d’entretenir une complicité forte au moyen d’activités et d’intérêts partagés. Et elle doit enfin cultiver une intimité permanente et une compréhension mutuelle de tous les jours.

La culture du souci de soi – encourageant chacun à se focaliser sur son ego et ses besoins personnels – fixe ainsi à la relation amoureuse des objectifs démesurés. Une sexualité insatisfaisante, malgré une intimité et une complicité profondes, remettra assez vite la relation en question : « il ou elle ne donne pas assez de plaisir » se dira l’amant frustré dans sa quête personnelle de jouissance. Mais une sexualité débridée ne suffira pas sur le long terme si les amants ne partagent pas les mêmes centres d’intérêt, car la complicité viendra trop vite à manquer. Enfin, les couples qui ont des activités communes et une sexualité épanouissante ne résisterons pas à une intimité déficiente : « il ou elle ne me comprend pas, ne m’écoute pas, n’est pas assez attentif à mes émotions » se dira égoïstement celui ou celle qui reprochera à l’autre son égoïsme.

Dès qu’une période creuse vient à être traversée, le risque est grand que les amants en concluent hâtivement que l’autre ne leur apporte plus ce qu'ils cherchent, et le souci qu’ils portent à leur moi les persuadera qu’ils peuvent toujours rencontrer quelqu’un de mieux.

Ces attentes individuelles manifestent l'essence profonde et inconsciente de la tendance amoureuse qui, lorsqu'elle n'est plus éduquée et canalisée par le principe de réalité, ne se contente plus simplement de rêver l'osmose ou la symbiose parfaite mais l'exige vraiment. Le désir souterrain de complétude, d'harmonie et d'unité dans et par l'amour ne s'exprime plus simplement dans la conscience sous la forme poétique d'un idéal impossible à atteindre – idéal qu'une fusion symbolique dans l'étreinte sexuelle nous permettrait ponctuellement d'approcher –, il prend la forme de la toute-puissance infantile qui réclame que ses exorbitantes revendications soient entièrement satisfaites. 

Il faut plus que jamais de la lucidité, des efforts, de l’obstination et de la volonté pour persévérer dans l'acte d'aimer.

"Notre espèce ne saurait être heureuse qu’à une condition, c’est de réaliser son désir amoureux, de rencontrer chacun l’être qui est notre moitié, et de revenir ainsi à notre nature première."

Platon, Le banquet (Discours d'Aristophane)

Written by Jean-Marie Le Quintrec

Published on #L'amour

Repost 0
To be informed of the latest articles, subscribe: